Origine de l’Aïkijujutsu

Kanji AI
Kanji KI
Kanji JUU
Kanji JUTSU

L’aikijujutsu, signifiant en français « École du Grand Orient », fait partie de la grande familles des arts martiaux japonais. Il a été fondé en 1100 par Shinra Saburo Minamoto no Yoshimitsu. L’aikijujutsu est également appelé aiki-jutsu, aiki-jitsu, aiki-ju-jitsu, aiki-jujitsu, aiki-ju-jutsu, aiki-jujutsu, aikijutsu et aiki-no-jutsu, cette dernière appellation étant l’ancien terme. Comme plusieurs autres arts martiaux japonais, l’aikijujutsu tend à être un art (technique) de l’harmonisation des énergies.

Même si l’aikijujutsu et le jujutsu sont deux arts martiaux japonais, ils sont différents en ce qui concerne la force musculaire. En effet, en aikijujutsu, plutôt que d’utiliser la force musculaire dans la technique, l’importance est mise sur la totale relaxation des muscles externes du défenseur. Basé sur le principe de la coordination entre l’attaque et la défense, l’aikijujutsu, cet art de combat d’arts martiaux japonais, vise l’acquisition du contrôle de toute situation conflictuelle par le rassemblement de son énergie puis l’harmonisation avec les forces contraires ou opposées. En effet, l’aikijujutsu est issu de la doctrine In-Yo-Ho, mettant l’action sur la non-résistance à l’action ou à la réaction d’un adversaire.

Nous pouvons supposer que l’aikijujutsu était une méthode de combat caractéristique des guerriers du célèbre clan Minamoto. Ainsi, les deux frères du même nom auraient codifier les techniques d’aikijujutsu préalablement expérimentées et perfectionnées sur les champs de bataille.

Au 16e siècle, parmi les arts martiaux japonais, l’aikijujutsu se sépara en deux grandes écoles de pensée, le Takeda-Ryu et le Daïto-Ryu. On retrouvera ainsi l’utilisation de la science des déplacements et esquives, des techniques de percussion, de projection, de luxation, d’arrestation et d’immobilisation en Daito-Ryu aikijujutsu.

Références :
wikipedia.org, ultimeverite.com